Eric, Ingénieur du BTP en Afrique

C’est un consultant expert en négociation de départ qui fut à l’origine de cette rencontre avec Eric.

Membre du comité direction d’une filiale africaine d’un groupe mondial, Eric venait de négocier son départ lorsqu’il s’est adressé à Eurotalents. Il disposait d’un budget d’outplacement.

Eric venait de passer plus de 20 années dans la même entreprise dont 18 sur le continent africain à bâtir des routes, des pistes, des points d’eau potable,  des résidences d’Etat, des universités… 2 ans auparavant, il avait été rappelé à Paris pour prendre la direction internationale de l’activité en différents points du globe. C’était sans doute aux yeux de ses managers et de son entourage une consécration. Une belle promotion, qu’Eric ne vivait pas ainsi dans la réalité des faits.

Son travail consistait désormais à voyager pour rencontrer ceux qui comme lui auparavant bâtissaient des projets aux services d’un pays, encadraient et formaient différents corps de métiers, vivaient sur le terrain les aléas climatiques ou géographiques d’une construction. Dans sa dernière mission, des voyages qu’il faisait aux quatre coins de la planète,  il tirait des reporting financiers et opérationnels qui lui servaient de base de discussion autour d’une table ovale à chaque comité de direction mensuel.

En l’éloignant du terrain, pour Eric, ce travail n’avait plus de sens. S’il affichait une grande force intérieure au regard des nouveaux enjeux qui l’attendaient après son départ, et qu’il semblait privilégier la voie de la création d’entreprise en premier lieu, il nous confiait aussi qu’il n’était pas certain de savoir gérer seul les étapes d’un retour à l’emploi. C’est pourquoi il voulait que nous l’aidions dans un premier temps à construire une présentation de son parcours professionnel qui lui permette de soutenir sa démarche commerciale dans la création d’un cabinet de conseil en BTP qu’il envisageait d’implanter en Côte d’Ivoire.

Le bilan de carrière nous a donc permis de construire avec lui les outils de sa communication commerciale et très vite Eric s’est aperçu qu’il pouvait mobiliser ses réseaux sur place pour répondre à des appels offres institutionnels émis depuis l’Europe pour le continent africain. Cependant les négociations prenaient du temps et si les prospects n’avaient aucun doute sur l’expertise d’Eric quant à conduire des chantiers de grandes envergures, l’extrême jeunesse et la taille de son entreprise rendaient ses interlocuteurs sceptiques quant à la capacité qu’il aurait de pouvoir s’engager sur de si grands projets.

Nous suivions donc à distance l’évolution des différents projets qu’il menait. De temps en temps Eric nous disait : «  Si dans 6 mois je n’ai rien conclu de plus consistant, je reviendrai vous voir et nous réfléchirons alors à une recherche d’emploi ». Il s’inquiétait sur le temps qu’il prenait à l’écart d’un statut salarié et se demandait comment il pourrait justifier l’abandon d’un projet de création auprès des recruteurs.

6 mois plus tard nous amenaient à juillet. Eric nous appelait. Il était de retour en France et nous demandait : « Pouvez-vous m’aider à actualiser mon CV? J’ai deux ou trois contacts sur Paris, j’ai été appelé par un ancien collègue, il recherche un directeur d’agence pour l’Afrique chez un gros acteur du BTP ».

Nous passions donc quelques séances de travail avec lui pour intégrer dans un nouveau CV les derniers mois d’activité qu’il venait de connaitre. Nous le préparions aux questions qu’on ne manquerait sans doute pas de lui poser au cours de ses entretiens de recrutement.

Eric nous disait «  ça fait longtemps que je n’ai pas passé d’entretiens d’embauche en France. »

Nous rédigions pour lui des éléments de discours, et lui rappelions à quel point son expérience et ses compétences étaient riches et particulièrement intéressantes pour des dirigeants qui envisageaient de s’installer sur un marché qu’ils connaissaient peu. Pour nous, il ne faisait aucun doute qu’ils avaient face à eux une réelle expertise et potentiellement disponible.

Fin août, Eric transmettait son CV au DRH de l’entreprise. Courant septembre il entamait ses premiers entretiens de recrutement.  En octobre un changement de contexte dans l’entreprise devait lui ouvrir de nouvelles perspectives associées à des conditions de rémunération plus avantageuses. Finalement les négociations de novembre devaient se terminer sur une proposition d’embauche le 1er janvier suivant.

En moins d’un an, Eric avait eu la possibilité de se tester sur un projet de création d’entreprise et de comprendre que pour lui la solution ne pourrait pas durer ainsi. Il avait par ailleurs eu connaissance d’une opportunité sur un poste salarié et en s’appuyant sur nos services, il s’était senti rassuré sur la valeur de son expérience. Finalement reparti en Afrique pour diriger des chantiers d’Etats, nous étions convenus avec Eric de nous recontacter dans quelques mois pour nous assurer que la période d’essai serait concluante.